Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON

Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON

Cameroun, Vient de para?tre: le culte de la personnalit? au Cameroun :: CAMEROON
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
Le culte de la personnalité est une vénération démesurée d’un individu, en l’occurrence, un dirigeant politique, un chef d’Etat, à laquelle se livre la population, généralement sur son instigation. Il vise à assiéger le mental d’un peuple, à tuer l’esprit critique en lui, afin qu’il ne puisse plus contester le pouvoir de l’homme qui est vénéré. C’est la caractéristique des régimes dictatoriaux. Il ne se conçoit pas dans un régime démocratique. C’est le dirigeant russe, Nikita Khrouchtchev qui a, le premier, utilisé cette expression, en 1956. Il dénonçait le régime de terreur de son prédécesseur, Joseph Staline. Ce dernier, tout au long de son règne, s’était fait vénérer telle une divinité.

Le culte de la personnalité se manifeste de la manière suivante :

1/- une forte propagande à travers un puissant et ininterrompu matraquage médiatique ;

2/- l’organisation de grands rassemblements se voulant « populaires », mais en fait obligatoires ;

3/- l’organisation de grandioses défilés militaires et/ou civils ;

4/- l’édification de statuts ;

5/- la composition de chants ;

6/- le placardage d’affiches de grandes dimensions à travers le territoire ;

7/- la réalisation de films ;

8/- l’impression de l’effigie du tyran sur les vêtements et les billets de banque ;

9/- la production de livres de glorification ;

10/- la réécriture de l’Histoire pour y attribuer au tyran une place exceptionnelle ;

11/- l’utilisation de surnoms pour le désigner ;

12/- etc.

Quelques surnoms ou appellations spéciales de tyrans ayant excellé dans le culte de la personnalité dans l’Histoire:

1/- Adolf Hitler en Allemagne : le Führer ;

2/- Benito Mussolini en Italie : le Duce ;

3/- Joseph Staline en URSS :Le Petit père des peuples ;

4/- Franco en Espagne : El Caudillo ;

5/- Mao Tsé-Toung en Chine : le Grand Timonier ;

6/- Ceausescu en Roumanie : le Conducator ;

7/- Kim Il Sung en Corée du nord : le Président éternel.

………………………………………….

Le culte de la personnalité sous Ahmadou Ahidjo.

………………………………………………………………………..

Le culte de la personnalité sous Ahmadou Ahidjo a revêtu toutes les formes classiques de ce type de propagande politique.

Il lui a été fabriqué une série de surnoms, les uns plus extravagants que les autres. Nous citons de mémoire ceux-ci :

- Père de l’indépendance ;

- Apôtre de la paix ;

- Bâtisseur infatigable ;

- Grand timonier ;

- De Gaulle africain ;

- Mao-Tsé-Toung camerounais ;

- Guide éclairé et infaillible ;

- Guide génial et providentiel ;

- Grand camarade ;

- Envoyé spécial de Dieu sur terre.

Ces surnoms avaient complétement fait disparaître l’usage de son propre nom. On ne le désignait que par l’un d’eux. Au niveau de son parti l’Union Nationale Camerounaise, UNC, le surnom usité était : « Grand camarade ». C’est ainsi qu’il était désigné. Radio Cameroun de son côté, utilisait de préférence, « Guide éclairé et infaillible du peuple camerounais», quand il ne l’appelait pas « Chef d’Etat ». Un jour de mes yeux, j’avais découvert une banderole barrant la route entre le Trésor et la poste centrale à Yaoundé, et sur laquelle il était inscrit en gros caractères : « Vive Ahmadou Ahidjo, envoyé spécial de Dieu sur terre pour sauver le Cameroun ». J’en fus

estomaqué. C’était en 1974 ou 1975, je ne me souviens plus de l’année exacte.

Parallèlement aux surnoms, il avait été commandé de nombreuses chansons auprès de chanteurs camerounais. On les avait qualifiées de « chansons patriotiques ». Tout au moins, c’est ainsi qu’elles étaient désignées par les speakers de Radio Cameroun. Je peux en chanter quelques-unes de mémoire :

Viveeeeeeee

Ahmadou Ahidjoooo

Présideeeent

Son Excellenceeee

Nous vous souhaitons

Bonne santé et prospéritééééé

C’était un morceau joué aux balafons. Si j’ai bonne mémoire, c’est le célèbre groupe « Richard bande de Zoétélé » qui l’avait composé.

Le culte de la personnalité sous Paul Biya.

Sous Paul Biya, d’abord très faible au début, son culte est en train de s’aggraver au fur et à mesure que passent les années, au point où il y a tout lieu actuellement de penser que ce dernier a très largement surpassé celui d’Ahmadou Ahidjo.

…………………………………………….

A la différence du premier Président camerounais, Paul Biya n’a pas souffert d’impopularité au début de son règne. Bien au contraire, il en avait à revendre. On peut même affirmer qu’il ne sera guère facile dans l’histoire future du Cameroun de connaître un nouveau Président de la République qui pourra bénéficier d’une telle sympathie de la population. La quasi-totalité des Camerounais avaient spontanément salué son avènement au palais d’Etoudi. Pour quelle raison a-t-il donc fini par sombrer dans le culte de la personnalité ?

Tout d’abord, il a fallu effacer l’image omniprésente d’Ahidjo dans la tête des Camerounais, ensuite, il a fallu gérer le mécontentement engendré par la crise économique, enfin, actuellement, le culte de sa personnalité est destiné à faire accepter par la population son désir de demeurer à vie au pouvoir.

……………………………………………

Les débuts du culte de la personnalité sous Paul Biya.

Un groupe d’enseignants de l’université du Cameroun, dirigés par Jacques Fame Ndongo, ont, pour des besoins de positionnement politique, publié, dès le début de son règne, un livre de glorification intitulé : « Paul Biya, l’incarnation de la rigueur ». Ils s’étaient démenés à le présenter aux

Camerounais comme un personnage intègre, travailleur, et par-dessus tout, totalement détaché des biens matériels. Un reportage photos avait été effectué dans son village, où une misérable case avait été présentée comme celle de sa famille et en même temps comme preuve d’un détachement quasi-exceptionnel de la part d’un personnage qui venait de se trouver des années durant au sommet de l’Etat ; bien mieux, il venait d’exercer pendant sept années les fonctions de Premier ministre. Devant la baraque, des gosses tout malingres et tout sales, dont un, infirme, appuyé sur un bâton de fortune, étaient exhibés comme membres de sa famille. Une autre photo figurant dans ce livre le montrait tout souriant sur sa table de travail avec à la main un simple stylo « Bic » de 100 F CFA !!!!

Cette opération avait été un franc succès. La population était immédiatement tombée en extase devant ce nouveau Président de la République qui lui apparaissait comme un homme du peuple, un personnage qui n’avait guère entrepris de bénéficier de ses hautes fonctions pour s’enrichir au détriment de la population.

……………………………………………….

Les chanteurs de musique de variété lui emboîtent sans tarder le pas. Ngallé Jojo compose son célèbre morceau « Rigueur ». Eboa Lotin enchaîne dans un morceau où il crucifie Ahidjo. Archangelo de Monekoo compose à l’accordéon une sorte de marche qui devient le générique annonçant le journal parlé de Radio Cameroun.

Paul Biya

nous les militants de l’UNC

Nous te disons

jamais jamais tu ne

failliras

Va de l’avant Paul Biya

Va de l’avant …

…………………………………………………

Cette conception de Paul Biya comme être exceptionnel amène les personnes qu’il désigne au gouvernement à se comporter en véritables laquais. D’une nomination à l’autre, on entend ainsi cette déclaration quasi-rituelle :

« Je remercie le chef de l’Etat pour la confiance qu’il a placée en ma misérable personne »

Ou encore :

« je remercie de tout cœur le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, pour la haute confiance qu’il a bien voulu placer en moi, et je lui promets de donner le meilleurs de moi-même pour être à la hauteur de celle-ci… »

En clair, tout nouveau promu au gouvernement se défend, publiquement, d’avoir été désigné, non pas en vertu de sa compétence ou de son mérite, mais plutôt parce que « le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya » lui a accordé, de manière accidentelle, cette grâce, à la manière de Jésus Christ accordant sa grâce à un pauvre pêcheur. Ayant prononcé cette phrase à la fois d’allégeance et de servitude, il passera tout son séjour au gouvernement à réitérer cette allégeance, au point de se transformer, dès les semaines qui suivent sa nomination, en un véritable « perroquet » politique.

A l’Assemblée Nationale, pour défendre le budget du ministère dont il a la charge :

« le présent projet de budget est conforme aux hautes instructions du chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, (après avoir dit cela, il marque un temps d’arrêt pour bien montrer la gravité des paroles qu’il vient de prononcer, jette un regard circulaire dans l’hémicycle, et, enfin, poursuit son discours)

A l’ouverture d’un séminaire :

« dans le cadre de la politique définie par le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, etc… »

Face à la presse :

« le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, soucieux du bien-être de la population… »

Un discours en province :

« le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, a placé … au cœur de ses préoccupations … »

Une prise de parole quelconque devant les caméras :

« c’est un engagement personnel du chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, qui a inscrit dans son programme pour le septennat… »

………………………………………………………………

La sixième conséquence : les ministres camerounais se retrouvent tous dans l’incapacité de marquer, par des actions significatives, leurs passages au gouvernement. Ils refusent d’envisager la moindre réforme, d’endosser la moindre initiative, de peur de perdre leurs postes. On devient ainsi un grand ministre de l’économie et des finances au Cameroun, tout simplement parce que l’on sera parvenu à assurer le paiement régulier des salaires des fonctionnaires (1), et non parce que l’on aura initié une réforme qui aura abouti à changer le destin des Camerounais. En France, on entend : « loi Cadre-Defferre », « réforme René Abi », « loi Jean-Pierre Soisson », « loi Charles Pasqua », etc., du nom des auteurs de ces décisions ; au Cameroun,

en revanche, rien de comparable, tout est entrepris « sur les hautes instructions du chef de l’Etat, son excellence Paul Biya... »

…………………………………

La huitième conséquence qui découle de la précédente : tout scrutin au Cameroun est désormais transformé en plébiscite de Paul Biya. Un jour, une « élite » bien en vue du département de la Mvila avait déclaré devant nous, à Ebolowa, au cours d’un meeting électoral à l’occasion du scrutin législatif du 1er mars 1992 où Paul Biya, naturellement, n’était guère candidat :

« …ce n’est pas pour celui qui est placé devant vous en ce moment que vous devez voter, mais, plutôt, pour Paul Biya et son parti, afin de le remercier pour la belle route bitumée qu’il vient de vous offrir… »

Avant-propos

Chapitre I : Le culte de la personnalité en général

A – La caractéristique des dictatures

B – Les manifestations du culte de la personnalité

C – Les conséquences du culte de la personnalité

Chapitre II :

Le culte de la personnalité sous Ahmadou Ahidjo

A – Les raisons

B – Les manifestations

C – Les conséquences

Chapitre III :

Le culte de la personnalité sous Paul Biya

A – Les raisons

B – Les manifestations

C – Les conséquences

Chapitre IV :

Rompre avec une pratique improductive pour le pays

A – Mettre fin aux ministres et députés « perroquets »

B – Pénaliser le culte de la personnalité

C – Le cas du Bénin

Pour obtenir le livre : www.amazon.com, taper Enoh Meyomesse
Ou cliquer sur ce lien  https://www.amazon.fr/culte-personnalit%C3%A9-au-Cameroun/dp/1544796994/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1490355301&sr=8-1&keywords=le+culte+de+la+personnalit%C3%A9+au+Cameroun

© Camer.be : La Rédaction

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

vraigars
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Belgium (Brussels)
Loooooool !!!! intéressant !

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Le week-end des lions
Le week-end des lions
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Amplitude FM Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Kalak FM Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Nkongsamba FM Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Cameroonvoice Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON Fréquence de vie Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
réclame
partenaire
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
William Jordan de MAGIC BENZ SERVICES DANS LE MERYLAND invité SOPIEPROD
évènement
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
actuellement sur le site
HABEAS CORPUS
Cameroun, Vient de paraître: le culte de la personnalité au Cameroun :: CAMEROON
Loading...