CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON

CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON

CAMEROUN :: Les Awards de l?obsc?nit? musicale :: CAMEROON
CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
Les artistes musiciens camerounais semblent lancés depuis un certain temps dans une course au disque d’or de la dépravation des moeurs.

Les bornes de l’indécence sont repoussées chaque jour dans l’univers discographique camerounais. Le dernier cas en date est incontestablement celui du nommé « Nyangono du Sud », qui a soulevé une vague d’indignation à l’annonce de son nouvel album. Un album dont le titre, « Le trous Barbû », et l’affiche, exhibant allègrement le postérieur dénudé d’une femme, ne sont que trop évocateurs du contenu qui serait digne des louanges de Sodome et Gomorrhe.

« La bêtise humaine tire sa source de l'absence totale de l'inspiration et du talent.  Rarement ignorance et manque d'inspiration ont fait si bon ménage. L'idiotie comme fruit. La honte », s’insurge le journaliste Jackson Mbozo’o.

« Les paroles et cadencements obscènes du postérieur et les jacasseries jouissives sont devenus des ingrédients prisés pour la horde de dévergondées et de voyous lancés dans la conquête du statut d’artiste », s’indigne également un internaute. De quoi faire comprendre à ceux qui s’offusquaient il y a de cela quelques années, des chansons jugées trop obscènes des artistes tels que K-Tino, Mbarga Soukous, Pedro, Monazang, Tanus Foé, etc., que ceux-là ne sont que des enfants de choeur face à ce qui se vit actuellement dans la musique camerounaise. Rien de surprenant que la culture camerounaise perde chaque jour sa place dans le concert des nations.

Ils deviennent en effet, de plus en plus rares, les artistes musiciens dont la renommée va au-delà de la sphère familiale ou régionale, dans le meilleur des cas. Le plus surprenant est le succès que connaissent certains de ces apôtres de la dépravation de moeurs, ce qui fait légitimement croire que la musique pornographique est devenue le registre préféré des Camerounais.

« Quelle pollution morale grâce à l’onction des diffuseurs et des prébendiers placés devant les micros des stations des radios périphériques. Quand on voit les prix qui sont décernés sur les plateaux de télé à ces artistes déviants par des animateurs à la réputation établie, le cas est de dire que la morale a foutu le camp chez ces derniers. La honte ne tue plus », dénonce un observateur.

La moralité et  l’éducation même de ces supposés artistes, dont le sexe apparaît comme la principale source d’inspiration, et le champ d’expression par excellence, est sujet à questionnement. Face au boom des mélodies obscènes et des danses lascives et provocatrices, l’impuissance des autorités, de la société civile et même de l’église devient manifeste.

Le chef de l’Etat Paul Biya qui s’interrogeait déjà il y a quelques années en ces termes, « quel Cameroun voulons-nous pour nos enfants ? », serait certainement mieux placé pour apprécier l’orientation prise, lorsqu’on constate que les affiches et chansons faisant l’apologie du sexe sont posées dans nos villes et passées en boucles dans les chaînes de télévision et de radio en toute impunité, et que les auteurs perçoivent mêmes des droits à ce titre.

Le moins qu’on puisse dire est qu’avec des artistes comme Nyangono du sud, Amazone, Mani Bella, etc., l’âge d’or de la musique camerounaise n’est désormais qu’un lointain souvenir. Ceux qui se sont investis, et qui continuent à oeuvrer pour donner à cette musique ses lettres de noblesse, assistent impuissamment à la descente aux enfers.

De quoi faire pousser les cheveux sur le crâne du très célèbre Manu Dibango, décoiffer Richard Bona ou faire retourner dans leur tombe des icônes telles que Anne Marie Nzie, Zanzibar, Messi Martin, Nelle Eyoum, qui ont connu un succès planétaire et bercé plusieurs générations sans nécessairement recourir à ces expressions triviales.

© LE QUOTIDIEN DE L’ECONOMIE : Simplice Oyono

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Résultats partiels de la 11ème journée
Résultats partiels de la 11ème journée
Facebook
radios
RTS 90.5 FM CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Amplitude FM CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Kalak FM CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Nkongsamba FM CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Cameroonvoice CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON Fréquence de vie CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
UN BOUT DU CAMER: DOUBLE NATIONALITE: MYTHE ET REALITE
évènement
CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
actuellement sur le site
LE JOUR
CAMEROUN :: Les Awards de l’obscénité musicale :: CAMEROON
Loading...