Camer.be
Afrique- Cameroun, Le débat: Pourquoi les violences policières restent-elles impunies au Cameroun ? ( Texte et vidéo) :: AFRICA
AFRIQUE :: LE DéBAT
  • Camer.be : Avec La Collaboration De PCI
  • dimanche 27 novembre 2016 13:37:23
  • 27958

Afrique- Cameroun, Le débat: Pourquoi les violences policières restent-elles impunies au Cameroun ? ( Texte et vidéo) :: AFRICA

La torture persiste au Cameroun. La loi de 1990 sur les libertés publiques est ferme sur les différentes libertés, liberté d'association, liberté d'expression, liberté de manifester etc. Mais, sur le terrain, la réalité est autre. Pour une simple dénonciation calomnieuse, l'on est capable de subir des actes de tortures barbares des forces de l'ordre camerounaise.

Toute manifestation de contestation du pouvoir en place est réprimée à sang. Nous l'avons vu en 1990 avec le multipartisme au Cameroun, des camerounais torturés et tués par la soldatesque de Monsieur Biya. Ne parlons même pas des années 2000 avec le Commandement opérationnel. Des camerounais ont été tués et leurs assassins, des hommes en tenue restés impunis.

En février 2008 au Cameroun , les jeunes sont descendus dans les rues au Cameroun pour réclamer la non modification de la constitution et aussi décrier les conditions de vies devenues atroces au Cameroun. Plusieurs d'entre eux ont été assassinés et les auteurs de ces assassinats connus de tous demeurent impunis

Au Cameroun, les tortionnaires ont la main d’autant plus leste qu’ils jouissent d’une certaine impunité. Pour la plupart issues de milieux et de quartiers défavorisés, Les victimes qui portent plainte se retrouvent fréquemment poursuivies dans d’autres affaires imaginées par leurs tortionnaires pour les maintenir en cellule ou en prison.

L’impunité est encore de mise au Cameroun. Les familles qui portent plainte souffrent de représailles et de harcèlement de la part des forces de l’ordre, l’héritage de l’Etat policier est encore présent dans les différentes institutions

La vidéo a fait le tour du monde. Des Avocats de la Common Law, maltraités  au poste de police de Muea à Buéa. L'un d'eux est gravement blessé et interné dans un hôpital de Limbe, son corps portant les marques d'un passage à tabac en règle. Plusieurs policiers sont impliqués dans cette bavure.

La délégation Nationale à la Sûreté nationale  est au courant de ce véritable «escadron de la mort» qui terrorise les populations à chaque mouvement populaire. Mais, rien n'est fait pour les ramener à l'ordre et punir les récidivistes. 

Pourtant, la police tout comme la gendarmerie ou même l'armée  devrait encadrer et protéger le peuple. Elle doit si nous étions dans un Etat de droit répondre de ses actions devant la justice 

La photo peut choquer les plus sensibles. Voici une vidéo exceptionnelle qui démontre bien à quel niveau de violences policières les gens sont exposés au Cameroun dans le cadre des manifestions contre l’acharnement d’un gouvernement qui ne veut pas reculer sur ses positions en lien avec les réclamations des populations. Il s'agit ici d'une vidéo récente de la manifestation des Avocats à Buéa, dans la région du Sud-Ouest Cameroun

Des policiers, furieux, lèvent les pieds sur des Avocats. Ces derniers sont bastonnés. Cette photo, prise le 10 novembre 2016 par un internaute, illustre les violences policières au Cameroun. Elle a été suivie d'une vidéo, qui montre le déroulement du passage à tabac comme on peut le voir.

Pourquoi les violences policières restent-elles impunies au Cameroun ? Telle est la question de la semaine

Le débat se doit d'être constructif et participatif. Nous vous convions d'ailleurs très fortement de soumettre des thèmes pour le futur.
C'est l'intérêt de notre peuple qui prime

Nous vous remercions d'avance. Bonne semaine.... A vos claviers

27nov.
Lire aussi dans la rubrique LE DéBAT
Vidéo