Angola : des anciens de l'Unita  la barre

Angola : des anciens de l'Unita la barre

Angola : des anciens de l'Unita ? la barre
Angola : des anciens de l'Unita ? la barre
37 anciens combattants de la principale formation de l'opposition en Angola, seront jugé ce vendredi pour tentative de coup d'Etat en début d'année.
La presse angolaise a révélé que ces opposants sont accusés d'avoir planifié une agression armée contre le Palais présidentiel à Luanda et une occupation des locaux de la radiotélévision nationale, au début de l'année.

Selon le procureur, les 37 accusés sont tous d'anciens membres de l'aile armée de l'Union Nationale pour l'Indépendance Totale D'Angola (UNITA), ex rébellion devenue un parti d'opposition. Les autorités ajoutent que 20 autres suspects sont toujours recherchés.

Le procureur a expliqué que "l'affaire avait été tenue secrète pendant un certain temps pour éviter une spéculation inutile et la panique au sein de la population. "
Lors d'une conférence de presse, l'UNITA a rejeté ces accusations.

Le chef du groupe parlementaire du parti, Adalberto da Costa Junior, a précisé que ce n'est pas "la première fois" que les autorités angolaises utilisent ce type d'accusations pour dénigrer l'opposition."
En mars dernier, 17 militants politiques avaient été condamnés à deux et huit ans de prison pour les actes de rébellion. Ils ont été amnistiés le mois dernier.

Des observateurs signalent que ce procès intervient moins d'une année avant l'élection présidentielle à laquelle Dos Santos, au pouvoir depuis 37 ans, devrait se présenter.

© Source : BBC Afrique

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@