Cameroun - Festivités: Sasayez si loin, si proche :: CAMEROON
Cameroun - Festivités: Sasayez si loin, si proche :: CAMEROON

Cameroun - Festivités: Sasayez si loin, si proche :: CAMEROON

Cameroun - Festivités: Sasayez si loin, si proche :: CAMEROON
Cameroun - Festivités: Sasayez si loin, si proche :: CAMEROON
La plateforme www.sasayez.biz offre aux Camerounais de la diaspora de rester connecter à leurs familles, en participant à la joie des fêtes de fin d’année. Achat en ligne, bon d’achat et transfert d’argent sont des services qui permettent de marquer sa solidarité et sa gratitude.
Décembre est bien un mois particulier. D’abord parce qu’il est le dernier de l’année, mais aussi celui du bilan, et des réjouissances.

Au Cameroun, il est choisi par plusieurs pour mille et une célébrations : festivals, mariage, baptême et première communion pour les chrétiens, retrouvailles en famille pour finir et commencer l’année ensemble. Et puis il y a ces dates qui ne passent pas inaperçues : le 25 décembre et le 1er janvier, mais aussi le 31 décembre ; jour de réveillon et de passage entre deux années. Décembre n’est pas un mois comme les autres.

Mais, ils sont encore bien nombreux qui ne peuvent pas être présents partout pour partager cette effervescence de décembre. Parce que loin du pays, occupés par le travail ou les études, ou simplement pour toutes autres raisons, plusieurs Camerounais de la diaspora n’ont pas la chance de profiter d’un séjour au pays. Mais tout n’est pas perdu, dans le village planétaire que le monde est devenu.

Geste de gratitude

Vendredi 18 décembre 2015, M. Sophie vient d’achever ses courses à l’agence Dovv Bastos de Yaoundé. Grâce  un bon d’achat de 98 000 F CFA reçu d’une ses parentes en Europe, elle  a pu préparer « pour les enfants» des fêtes de fin d’année tranquilles.

Au terme de cette expérience, elle affirme que ce sont les cinq enfants de la famille qui vont se réjouir dans les jours qui viennent. L’argent lui a été envoyé à travers le site www.sasayez.biz. C’est un espace privilégié qui permet à l’internaute de pouvoir faire ses achats dans des entreprises commerciales basées au Cameroun.

Africa premium consulting a, depuis quelques années, élaboré et mis en place le site www.sasayez.biz. Les magasins partenaires de Sasayez se caractérisent par la diversité des produits qu’ils offrent, ainsi que leur qualité. Ce sont des supermarchés qui permettent de satisfaire des clients dans différentes villes des régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest.

www.sasayez.biz se veut aussi le cordon de la gratitude entre la diaspora et le Cameroun. L’idée, c’est de créer les conditions d’un «retour aux sources de la philosophie africaine de partage et de solidarité.» Ses promoteurs, Christian et Edith-Laure Kouam, de jeunes Camerounais basés en Allemagne affirment que «nous partons d’une considération bien ancrée en Afrique selon laquelle l’argent n’est pas une valeur humaine et que les gestes d’affection sont encore plus importants. C’est le geste qui compte».

Mieux que les montants reçus donc, c’est vraiment l’acte posé qui a de la valeur. Emma S. pour la première fois a vécu l’expérience Sasayez. Une connaissance basée en Allemagne a fait pour elle des achats d’un montant de 12 500 F CFA. Rendue au magasin, elle a pu collecter les produits. Ravie par cet acte, elle a décidé de rejoindre la communauté Sasayez et d’inviter d’autres personnes qu’elle connait à l’étranger à faire de même. En plus, elle a pu prendre des articles de son choix, dans la mesure où les articles achetés pour elle par son expéditeur n’étaient pas vraiment ceux qu’elle souhaitait.

Et depuis quelques semaines, Sasayez a réorganisé sa méthode de travail pour faciliter la livraison des clients de Yaoundé. Le service client prend rendez-vous avec les bénéficiaires des bons d’achat ou des articles préalablement achetés depuis l’étranger pour le retrait de ceux-ci dans les magasins partenaires. Olive M. qui vit à Odza, un quartier situé à la sortie sud de Yaoundé a pu faire ses achats à Essos. «Je suis contente de constater que sasayez se rapproche des clients. Avant, je traversais toute la ville et allait jusqu’à Bastos, pour pouvoir récupérer mes articles. Maintenant, si je peux juste m’arrêter à Essos, c’est bien pour moi. Je gagne en temps et c’est bien moins fatiguant», se réjouit-elle.

Tak’five

Contrairement à d’autres sites de commerce en ligne, www.sasayez.biz vise aussi à apporter un  soutien aux opérateurs économiques camerounais. D’où le choix porté sur des établissements partenaires qui sont essentiellement gérés par des entrepreneurs locaux. En choisissant de faire ses courses à travers la plateforme sasayez, «vous rationalisez efficacement vos dépenses et appuyez des entreprises locales, l’économie locale et le savoir-faire camerounais », notent ses promoteurs.

A côté des bons d’achat et des produits préalablement achetés par des tiers dans la diaspora, www.sasayez.biz offre à ses utilisateurs la possibilité d’envoyer de l’argent à leurs proches. Ainsi, il leur revient de pouvoir en utiliser comme ils le veulent en cette période de fêtes. Le service, connu sous l’appellation « Tak’five » se fait à des prix avantageux. Nelly N. du service clientèle chez www.sasayez.biz indique que «pour transférer de 0 à 15 euros (environ 10 000 FCFA) par exemple, l’expéditeur paye juste 1000 F CFA. Jusqu’à 100 euros, les frais d’envoi sont de 6 euros. Au-delà de 100 000 F, l’expéditeur doit débourser 15.50 euros (environ 10 000 F CFA).»

Tak’five est une opportunité pour les Camerounais de la diaspora de marquer leur présence dans la famille pendant les fêtes de fin d’année. S’il est dans l’opinion populaire un moment où l’on devrait se montrer plus solidaire et altruiste, c’est bien en décembre.

 

 

 

© Correspondance Particulière : Rodrigue Nganzi

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@