GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo

GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo

GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo
La justice française a autorisé jeudi une héritière d'Omar Bongo Ondimba à se faire communiquer l'état civil complet de l'actuel président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, une décision "énorme" pour l'avocat de la jeune femme, alors qu'une polémique sur les origines du chef de l'Etat couve depuis des mois à Libreville.

Le juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Nantes a estimé que la demanderesse, Onaida Maisha Bongo Ondimba, 25 ans, dont le lien de filiation avec Omar Bongo est "prouvé", justifie "d'un intérêt légitime" à obtenir les renseignements contenus dans l'acte de naissance d'Ali Bongo, dans le cadre d'un conflit de succession autour de l'héritage de l'ancien président gabonais, décédé en 2009.

A l'approche de la présidentielle gabonaise de 2016, une controverse fait rage à Libreville, les détracteurs d'Ali Bongo l'accusant d'avoir menti sur ses origines. Or, la constitution stipule qu'il faut être né gabonais pour briguer la présidence.

La polémique avait été lancée il y a un an après la publication d'un livre du journaliste français Pierre Péan, "Nouvelles affaires africaines", qui affirme qu'Ali Bongo a falsifié son acte de naissance. Selon cette thèse, vigoureusement démentie par la présidence gabonaise qui a porté plainte, il serait en fait un enfant nigérian adopté pendant la guerre du Biafra, à la fin des années 1960.

- Décision 'courageuse' -

"Dans ce contexte, le magistrat aurait pu botter en touche. Il a eu le courage de rendre une décision juridiquement inattaquable mais diplomatiquement complexe", a salué Eric Moutet, l'avocat de la demanderesse.

Il a indiqué qu'il allait "dès réception" de l'ordonnance "envoyer quelqu'un à Nantes, où le document est archivé", au service central de l'Etat civil (SCEC). Ce service délocalisé du ministère des Affaires étrangères est compétent pour les actes de naissance de personnes nées en Afrique équatoriale française (AEF) jusqu'en 1960, date de l'accession de ces ex-colonies à l'indépendance.

Après avoir dit en novembre 2014 que l'acte de naissance d'Ali Bongo ne figurait pas dans ses registres, le SCEC avait délivré le 18 juin à une association de la diaspora gabonaise proche de l'opposition un extrait de naissance confirmant la version officielle, à savoir qu'il était né le 9 février 1959 à Brazzaville, capitale de l'AEF qui comprenait tout ou partie du Gabon, du Congo, du Tchad et de la République centrafricaine.

Après un refus du parquet de Nantes, Onaida Maisha Bongo Ondimba avait saisi le TGI en référé pour obtenir l'acte de naissance complet d'Ali Bongo, le seul parmi les 54 héritiers déclarés d'Omar Bongo à ne pas avoir produit ce document.

Le 22 octobre, le représentant du ministère public avait requis le rejet de la demande, "juridiquement recevable, mais mal fondée", selon lui.

Mais pour le juge des référés, la jeune femme a présenté "des éléments sérieux (...) permettant de constater que des doutes existent à propos du lien de filiation entre son frère et leur père commun, compte tenu des incohérences des renseignements figurant dans les actes" et le document pourra lui permettre "soit de lever le doute, soit de contester la part de son frère dans la succession".

Dans son ordonnance, dont l'AFP a obtenu copie, il cite notamment un acte de naissance, pour un autre enfant né du même père et de la même mère qu'Ali Bongo le 4 juin 1959, soit moins de quatre mois après l'actuel chef de l'Etat gabonais.

"Si Mme Onaida considère qu'un des héritiers n'est pas un héritier légitime, elle aurait dû contester cette notoriété, ce testament. Ça n'a pas été fait", avait lancé lors de l'audience l'avocate d'Ali Bongo, Claude Dumont-Beghi, qualifiant la procédure de "nauséabonde".

Les contours de l'héritage d'Omar Bongo, dont Ali Bongo est légataire universel, sont encore mal cernés, mais les actifs identifiés se monteraient déjà à plusieurs centaines de millions d'euros.

Source : AFP
© Source : AFP

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

tonton fa
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo Canada
a c'est le sommet de l'inposture
vraigars
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo Belgium (Brussels)
C'est un secret de polichinelle que ce gars est biafrais,mais bon,y'a plein d'trangers qui gouvernent hors de chez eux et parfois trs bien.Et mme dans le cadre de l'hritage,si tant est que le pre l'a adopt comme fils,il est hriter comme les autres,certes avec quelques subtilits ,mais hritier quand mme.Meme dans la coutume africaine ,il en est ainsi.
Le Paysan
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo Cameroon
@ vraigars

Le paysan que je suis est d'accord avec toi . La seule nuance est qu'Ali Bongo nie son statuts d'enfant adoptif et usurpe celui d'enfant lgitime. Voil le problme. Jean PING a une parent chinoise mais il est n gabonais. Il faut respecter la loi fondamental dans nos pays. C'est vrai que celle ci devrait d'abord tre adopt sensuellement.
sandja-BOHKI
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo France
Ds lors quon est Noir naturel, dascendants noirs de gnrations en gnrations, de surcroit natif du continent noir ou dun pays des noirs, les questions identitaires devraient tre relgues loin derrire en matire politique. Ce qui compte ce sont les intrts quon reprsente et dfend, au service de qui et au profit de qui on uvre, le critre tant blancs (toubabs) contre noirs (ngros).

En matire dhritage, cest personnel. Mais les toubabs, du fait quils sont receleurs du pillage ngrier multimillnaire, devraient tre dshrits doffice au profit des noirs.

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Facebook
réclame
partenaire
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo
Martial BISSOG en causerie avec SOPIEPROD VOL 1
évènement
GABON :: La justice autorise la communication de l'acte de naissance d'Ali Bongo
actuellement sur le site