Camer.be
CAMEROUN :: Joe Mboule est mort :: CAMEROON
CAMEROUN :: MUSIQUE CAMEROUN :: Joe Mboule est mort :: CAMEROON
  • copy; Camer.be : Franck BAFELI avec Gabrielle Essomba
  • Monday 12 October 2015 00:41:34
  • 21509

CAMEROUN :: Joe Mboule est mort :: CAMEROON

On parlera désormais de lui au passé. De son vrai nom  Georges Ludovic Njoh Mboulè, l’artiste Joe Mboule est mort. La nouvelle s’est d’abord distillée comme une trainée de poudre avant de se confirmer. Il  est mort dans un établissement hospitalier de Douala cet après midi du Dimanche 11 octobre 2015. La famille est encore en émoi.

A bonendjang dans la rue de la casse, quartier Bonakouamouang, son village natal, on porte déjà le deuil. La famille éplorée s’interdit à tout commentaire « Joe était malade, il s’en est allé, permettez nous de nous ressaisir de cette triste nouvelle » Silence ! un autre monument du makossa vien de quitter la scène. Déjà, à Deido, un quartier réputé les plus chauds de Douala, on est dans le deuil. « Malabar » son titre phare s’est emparé de tous les bars et discothèques. Les habitués de ce coin brouillant connaissent le code. Que se passe t il ? Joe Mboule est mort ? Tu as tout compris.
 
Quarante années de scène

L’artiste a fêté ses 40 ans de scène, vendredi 24 Mai 2013 à l’IFC de Douala. Le créateur de « Malabar » reste l’un des rares auteurs compositeurs et interprètes de la variété camerounaise à maintenir la dragée haute depuis 1973, année de son irruption dans la scène musicale africaine avec le désormais célèbre « Mpuly nwa salamander » Auteur de quatre 45 tours et d’une dizaine d’albums, ce véritable peintre de la société songe encore à surprendre ses « ouailles » qui se comptent par milliers à travers le monde.

Un répertoire fourni.

Né le 1er novembre 1952 , il est l’un des rares auteurs compositeurs et interprètes de la variété camerounaise qui maintiennent le cap depuis 1973. Une année mémorable qui l’a fait atteindre le rang des meilleurs de la scène musicale africaine avec son tube « Mpuly nwa salamander ». L’essentiel, son quatrième et tout dernier album, surfe sur des airs de makossa et de variétés. Ces mélodies parlent des maux qui minent la société camerounaise et ses fans se comptent par milliers à travers le monde entier. Joe Mboulè combat avec acharnement la piraterie, même sur les réseaux sociaux.

Il le fait notamment à travers la promotion des CD originaux. Les titres « Osi linga » (Ne te fâches pas en langue duala) ou « Ne wa mbussa » (La vie est ainsi faite), comme toutes les autres réalisations de ce dernier-né musical, sont chantés avec émotion, comme toujours. Le makossaman présentera L’essentiel, le cocktail de 8 titres de sonorités locales, au Tou’ngou Night Club, au quartier Etoa Meki à Yaoundé. Les anciens succès seront aussi au menu. Rendez-vous demain 12 janvier dès 20 h pour accueillir comme il se doit ce nouveau bijou.

© Camer.be : Franck BAFELI avec Gabrielle Essomba
12Oct
Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE
Vidéo
;