Camer.be
Belgique-Cameroun: Comment se fait il que les Camerounais soient des otages d'un clan qui a confisqué le pouvoir ? :: BELGIUM
BELGIQUE :: LE DéBAT
  • Camer.be : Kamegni T. Simplice
  • dimanche 06 septembre 2015 09:37:45
  • 13315

Belgique-Cameroun: Comment se fait il que les Camerounais soient des otages d'un clan qui a confisqué le pouvoir ? :: BELGIUM

"Je ne faillirai point à mes engagements" disait Paul Biya au cours de sa prestation de serment faite le 06 novembre 1982, lors de son arrivée au pouvoir. Le résultat, on l’a connu. Plusieurs dignitaires de son parti politique dont il est l'inamovible et l'intouchable chef sont en prison pour avoir pillé les richesses du pays. Le laisser aller et l'abandon du peuple ont engendré le règne de la décrépitude. Le pouvoir du renouveau a intégré en son sein le népotisme, la corruption, le favoritisme etc.

Juste après la prise du pouvoir par Paul Biya, ses sbires, parmi les plus illustres, ont entouré toutes les hautes sphères de l'administration camerounaise . 33 ans après, le chantre du florissant bilan infrastructurel tombe du haut de ses rêves, prêté à tord ou à raison, d’instituer la dévolution monarchique du pouvoir, laissant ainsi le pays à un triste spectacle de dégringolade.

Le 6 novembre 1982 Paul Biya était acclamé comme l’homme du renouveau, de la rigueur et de la moralisation. Aujourd’hui, on dirait qu’il est un monarque. Pendant tout ce temps, il n'a presque rien fait de bon. Aujourd’hui l’octogénaire de Yaoundé  prétend faire du Cameroun un pays émergent. Que faisait-il durant tous ce temps passé au pouvoir

Voici un régime où les jeunes et mêmes des vieux n’ont plus de rêve, où les plus méritant souffre de la corruption où les populations n’ont de solution qu’en sortant de leur pays ou en se prêtant à des pratiques peu orthodoxes.

Au Cameroun, Paul Biya est déjà à 33 ans de magistrature suprême auxquels il faut ajouter 7 années à la Primature et les autres états de services dans les rouages de la haute administration, c’est assommant.

Les chiffres du bureau national de la statistique parlent d’eux-mêmes. 70% des 20 millions d'habitants que compte le Cameroun ont moins de 31 ans…Il s’agit-là de toute une génération qui est née et qui a grandi avec Paul Biya, à la tête du pays et, qui, n'ont jamais connu de bonheur pour la plus part

Lorsque cette attitude s'écrase sur un peuple comme un lourd fardeau, elle l’empêche de s’apercevoir que même libre, aussi longtemps qu’il ne transforme pas ses espoirs en moteur de son propre développement, toute liberté n’est qu’une servitude qui s’ignore.

Par ailleurs, l'homme du 6 novembre 1982 au Cameroun a été une semence on ne peut plus fertile. Mais, trente et deux ans après, pour que le grain ne meurt dans le sol encore réceptif de notre conscience citoyenne, nous sommes toujours en attente, ne serait-ce que d’un début de germination. A moins que l'endroit où cette semence avait été enfouie dans le sol ne soit plus repérable du fait des larcins des laboureurs de la terre nommés par Biya et issus d'une même chapelle politique

Le Cameroun et l'Afrique en général n'ont plus besoin de cette race de dirigeants dont la philosophie est basée sur l’égocratie

Comment se fait il que les Camerounais soient des otages d'un clan qui a confisqué le pouvoir ? Telle est la question de la semaine.

La rubrique le débat est la vôtre. Vous pouvez vous aussi, nous soumettre des thèmes et des sujets à débattre aux courriels suivants:seumo@hotmail.com ou mieux encore à webmaster@camer.be .

Pour ceux d'entre vous qui nous ont soumis des sujets à débattre et qui ne sont pas encore publiés, prière de bien vouloir patienter. Ils seront diffusés. Nous vous remercions d’avance et vous remercions pour votre marque de sympathie

Bon  débat. Nous vous souhaitons un bon  dimanche et à dimanche

© Camer.be : Kamegni T. Simplice
06sept.
Lire aussi dans la rubrique LE DéBAT
Vidéo