Cameroun::Cameroon Cameroun::Cameroon

CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun - Cinquantenaire de la réunification : Le Chef de l’Etat anticipe son arrivée :: CAMEROON

Cameroun - Cinquantenaire de la réunification : Le Chef de l’Etat anticipe son arrivée::CameroonLe Président de la République et son épouse Madame Chantal BIYA sont arrivés par anticipation à Buéa ce mardi, 18 février 2014 pour clôturer les festivités du cinquantenaire  de la réunification du Cameroun attendues depuis trois ans .

A son arrivée à l’aéroport de Tiko cet après-midi, le couple présidentiel a été accueilli par l´ensemble des autorités administratives et politiques de la région du Sud-Ouest et au milieu d´une foule en liesse rassemblée le long de l´itinéraire présidentiel.

Initialement annoncé à Buea le jeudi 20 février 2014 pour les  manifestations du Cinquantenaire de la Réunification du Cameroun par un communiqué du cabinet civil de la présidence de la république rendu public depuis vendredi dernier, Paul Biya a décidé d´arriver dans la capitale du Sud-Ouest deux jours avant la date initialement prévue, bouleversant par la même occasion le programme arrêté.

Avant de quitter Yaoundé, la capitale camerounaise, Paul Biya a pris un arrêté déclarant fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, la journée du jeudi 20 février 2014.

50ème   anniversaire ou 53ème anniversaire ?

Après l’ascension du Mont Cameroun organisée le 15 février 2014 à Buéa, la capitale du Sud-ouest est à nouveau au centre de l´actualité camerounaise avec la présence sur son sol du couple présidentiel venu clôturer les festivités marquant le 53ème anniversaire de la réunification du Cameroun puisque c´est le 1er octobre 1961 que le Cameroun français et le Southern Cameroons britannique donnent naissance á la République Fédérale du Cameroun.

Ville  au climat frais, située au pied du mont-Cameroun ,  Buéa ou Buea fut du  1901 à 1914,  la capitale du Cameroun à l´époque de l´administration coloniale allemande, avant de voir Yaoundé lui ravir la vedette. Lorsque les allemands perdent la première guerre mondiale, la capitale du Cameroun français est  transférée dans la ville « aux sept collines ».

Programme

MERCREDI 19 FEVRIER 2014
17 H00- Ouverture de la retraite aux flambeaux
18 H30- Fin de la retraite aux flambeaux
Ouverture du feu de camp par les Scouts
Lieu: Molyko Stadium
20 H00- Soirée Culturelle: musique, humour, mode (Maîtres et Icônes)
Lieu: Amphithéâtre en plein air de l'Université de Buea
22 H00- Fin du feu de camp

JEUDI 20 FEVRIER 2014
06 H00- Offices religieux
10 H 00- Défilé à la Place des Fêtes de Buea et dans les 10 Régions
18 H00- Réception à la Résidence Présidentielle de Buea
20 H00- Grand Spectacle de Musiques et de Danses Patrimoniales
Lieu: Amphithéâtre en plein air de l'Université de Buea

© Camer.be : Issa Behalal
 
2
EXCAMEROUNAIS(Montagnole) FRANCE

1

50ème anniversaire ou 53ème anniversaire ?
la question est bien posée.
donc, si je comprends bien, tous ceux qui sont nés au cameroun en 1961 ont 50 ans en 2014!!!
quand au niveau même de l'état on est incapable de faire un si petit calcul, comment être surpris que l'âge d'un footbaleur sur son acte de naissance par exemple, ne corresponde pas à son âge physique????

Mercredi 19 Février 2014 17:15:32
EXCAMEROUNAIS(Montagnole) FRANCE

2

monsieur, tout ce que vous faires là, c'est un baroud d'honneur. vous avez une seule voix de sortie honorable: reconnaître que vous avez échoué sur toute la ligne, que vous avez enfoncé le camerou, que même en afrique centrale, le cameroun n'a plus d'autorité.

Mercredi 19 Février 2014 17:21:03
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire